Joséphine

L’idée germe après un rendez-vous de travail avec cette artiste que je connais depuis le début des années 2000. Nous travaillons ensemble sur la compilation de ses « Haïkus » afin de les réunir, les classer et réaliser un travail de matérialisation sur support. Nous enregistrons ces Haïkus, et je lui demande d’improviser un petit quelque chose dans le micro pour le souvenir, la trace de notre rencontre.
Dans le contexte dans lequel elle se trouve, Joséphine se livre sur sa situation, ses sentiments. Je trouve son texte poignant au point de ne pas pouvoir uniquement le stocker sans l’utiliser.